Michiko Van de Velde

Au Japon, on recense plus de 158 mots pour parler de la lumière. Comment exprimer ces énergies lumineuses tellement impalpables et complexes qui sont pourtant si présentes ?
Michiko questionne constamment la relation poétique qui existe entre l’Homme et la lumière. Son travail de fin d'étude à La Cambre lui a permis d'approfondir ce questionnement via la création d’un ouvrage, rédigé avec sa mère, qui recense plus de 158 mots pour parler de la lumière. Ces lumières, auraient-elles seulement existé si l’Homme ne les avait pas nommées ?
Par ce questionnement, elle compare également la nature même de la lumière avec son identité : la lumière est-elle composée d'ondes ? de particules ? ou est-ce les deux en même temps qui ne font qu'un ?
En tant que jeune artiste belgo-japonaise, son plus grand désir est de continuer à tisser des liens entre l’Asie de l’Est et l’Europe. Son prochain challenge est d'interpreter visuellement chacun de ces termes en une poésie lumineuse.

© 2018 Le[cloitre]

12, rue des Dominicains 1000 Bruxelles, Belgique

  • Facebook Clean
  • Icône social Instagram