Michiko Van de Velde

visu mailchimp
image michiko
46519685_263043694408538_185020994332865

Au Japon, on recense plus de 158 mots pour parler de la lumière. Comment exprimer ces énergies lumineuses tellement impalpables et complexes qui sont pourtant si présentes ?
Michiko questionne constamment la relation poétique qui existe entre l’Homme et la lumière. Son travail de fin d'étude à La Cambre lui a permis d'approfondir ce questionnement via la création d’un ouvrage, rédigé avec sa mère, qui recense plus de 158 mots pour parler de la lumière. Ces lumières, auraient-elles seulement existé si l’Homme ne les avait pas nommées ?
Par ce questionnement, elle compare également la nature même de la lumière avec son identité : la lumière est-elle composée d'ondes ? de particules ? ou est-ce les deux en même temps qui ne font qu'un ?
En tant que jeune artiste belgo-japonaise, son plus grand désir est de continuer à tisser des liens entre l’Asie de l’Est et l’Europe. Son prochain challenge est d'interpreter visuellement chacun de ces termes en une poésie lumineuse.