Olivier Marin appréhende la résidence comme un vide à habiter par la matière, matière qui constitue son exploration artistique.
Les différents éléments qui composent sa recherche, mêlant création esthétique et naturalisme scientifique, sont ici revisités, compulsés et disséminés dans l’espace du laboratoire.

Les constituants, corps et débris, organiques ou synthétiques, flottent-ils dans le vide ou plongent-ils dans la matière ?  Tendent-ils à se rejoindre ou à se détacher définitivement ?

Voguant dans l'espace, un fil invisible les relie et laisse apparaître un trajet.
Ce fil est la temporalité qui se déroule, joignant archaïsme et modernité. Ce fil est aussi celui de la clôture matérialisée dans l’espace de la résidence. Également, ce fil est celui d’une narration visuelle qui de P R O P A G A R E – film de l’artiste qu’il a également réalisé à partir de ses précédents travaux de dessin et sculpture – à aujourd’hui, nous raconte une certaine histoire de notre évolution et pose les questions de l’avenir.
D’ailleurs s’agit-il de la fin d’une course ou du début d’une autre ?

Dans la démarche d’Olivier Marin, les images sous-tendent une ambiguïté délibérée. Elle invite le visiteur à se questionner sur ce qui se joue dans le rapport qu’il entretient avec son environnement.

© 2018 Le[cloitre]

12, rue des Dominicains 1000 Bruxelles, Belgique

  • Facebook Clean
  • Icône social Instagram