Benoit Chaumont

« Et si [les caractères de l’autoprésentation] étaient l’essentiel ? Si les êtres vivants n’étaient pas là afin que soit pratiqué le métabolisme, mais pratiquaient le métabolisme afin que la particularité qui se réalise dans le rapport au monde et l’autoprésentation ait pendant un certain temps une durée [Bestand] dans le monde ? »

A. Portmann, « Selbstdarstellung als Motiv der lebendigen Formbildung »

 

Lorsque l'œil s'attarde au delà de l'identification formelle, qu'il reste a contempler la forme organique pour elle même, il s'émeut alors de cette richesse complexe de l'organique. Issue du hasard et d'une immensité temporelle , d'une décision millénaire et de l'aléatoire du vivant. Du mélange de miraculeux et de tragique inhérent à l'organique. D'une hésitation constante entre l'élan et l'inerte, d'une tension entre le mouvement et le figé. C'est que dans toute forme du vivant il y a un instant, un moment de création, en cours, inachevé. Un morceau d'origine, et une recherche de l'Origine. Autant dans l'encre de gravure, le crayon ou la peinture que dans le motif de l'élytre d'un insecte, que dans la forme d'un organe ou d'un fossile. C'est une recherche de cette origine, de ce flou dans lequel la vie et ses formes sont apparues, de leur développement jusqu'à nous.

© 2018 Le[cloitre]

12, rue des Dominicains 1000 Bruxelles, Belgique

  • Facebook Clean
  • Icône social Instagram